Archives du mot-clé USA

Janet Jackson : Unbreakable

Quelques notes, quelques paroles, tout est clair et limpide : Janet Jackson est de retour, pour de bon, drapée de titres soul (« After you fall », « well traveled ») qui flirtent avec la pop si chère à feu son frère Michaël Lire la suite Janet Jackson : Unbreakable

Cassandra Wilson : Coming forth by day

Quelle fragilité ! A chaque note de cet opus inclassable, Cassandra Wilson nous love de sa voix chaude pour nous porter à travers l’immensité des émotions, là sous-tendue par un jeu de cordes, là sautillant de blanche en noire sur le clavier de l’aventure humaine, Lire la suite Cassandra Wilson : Coming forth by day

The Winery Dogs : Hot Streak

Un second album est toujours un bel enjeu pour un groupe, fut-il associé au statut de « super groupe » du fait de ses membres internationalement reconnus pour leur talent comme pour leur carrière : Lire la suite The Winery Dogs : Hot Streak

Chaos Frame : Paths to Exile

Voilà bien l’un de ces excellents albums qui doivent figurer sur l’étagère de tout amateur de progressif qui se respecte, quelque part entre Symphony X Lire la suite Chaos Frame : Paths to Exile

Exxiles : Oblivion

L’artwork en mains, nous aurions donné notre petit doigt à couper que cet Oblivion serait marqué au fer d’un métal progressif dont nous connaissons pour l’avoir vu naître les extrêmes qualités, comme les pires défauts. Lire la suite Exxiles : Oblivion

Julia Holter : Have you in my wilderness

Julia Holter est de retour avec un album plus pop-électro que ses précédents, qui s’ouvre sur le single « Feel You », paru cet été sur Youtube, et qui pose les grandes lignes de l’opus : des compositions Lire la suite Julia Holter : Have you in my wilderness

Dimension : Revolution

Ce « Revolution », délivre un excellent métal progressif, sans jamais verser dans les travers de surenchères vocales ou d’envolées interminables, tant ses auteurs sont assurés de maîtriser Lire la suite Dimension : Revolution

Cea Serin : The vibrant sound of bliss and decay

Il y a certes peu de titres pour composer l’unité de l’excellent The Vibrant Sound of Bliss and Decay, le dernier album en date des Américains de Cea Serin, menés par Jay Lamm, Lire la suite Cea Serin : The vibrant sound of bliss and decay

French Fries : Zone Libre PolyUrbaine

Zone Libre, duo fondé par le guitariste Serge Teyssot-Gay (Noir Désir, Interzone) et le batteur Cyril Bilbeaud (Sloy, Thé Hakola, Versari), pratique autant l’improvisation libre en ciné-concerts que les compositions structurées/déstructurées d’un « free-rock » explorateur. Après 1 album instrumental (« Faites vibrer La Chair » en 2007) et 2 albums rock/rap d’une noirceur d’apocalypse (« L’Angle Mort » en 2009 et « Les Contes du Chaos » en 2011), Zone Libre se colorise et devient PolyUrbaine, où les riffs de guitare dialoguent avec les patterns de batterie pour orchestrer un afro/rock/rap/beat embrassant riffs du rock, flow du rap, rythmes impairs orientaux et polyrythmies africaines.

C’est la Polyrythmie-des-zones-Urbaines, où les traditions culturelles, scansions des langues et des histoires, se côtoient et s’entremêlent, se juxtaposent et s’entrecroisent, s’hybrident et s’archipélisent vers un Tout-Monde en perpétuelle (r)évolution. Pour PolyUrbaine, Zone Libre accueille les textes et les voix de :

– Mike Ladd , poète et rappeur New-Yorkais auteur de 10 albums plus collaborations diverses comme Company Flow, Saul Williams, Cannibal Ox, Vijay Iyer…

– Marc Nammour , poète et rappeur Franco-Libanais auteur de 3 albums sous le nom La Canaille (« Une goutte de miel dans un litre de plomb » – 2009, « Par temps de rage » – 2011, « La nausée » – 2014.)

facebook.com/pages/Zone-Libre-PolyUrbaine

« Les politiques exploitent les peurs, le racisme et la misogynie regagnent du terrain et redoublent de violence. Clip féministe, « la montagne » affiche sur les murs urbains les visages de femmes, illustres ou anonymes, qui ont ouvert la voie pour que les « droits de l’homme » deviennent les « droits humains ».

D’Olympes de Gouges à Rosa Parks, d’Angela Davis à Anna Politovskaïa, d’Harriet Tubman à Nawal Al Saadawi, des plus célèbres aux plus cachées, les femmes en lutte font avancer la vie et reculer les ténèbres. POUR TOUS. » Serge Teyssot-Gay.


Free zone, duet based by the guitarist Serge Teyssot gay (Noir Désir, Interzone) and the drummer Cyril Bilbeaud (Sloy, Tea Hakola, Versari), practices as much the free improvisation in movies-concerts as the compositions structured / unstructured of a « free-rock » explorer. After 1 instrumental album ( » Made vibrate The Flesh » in 2007) and 2 albums rock / rap looking like the blackness of apocalypse ( » The Dead angle » in 2009 and « The Tales of the Chaos » in 2011), Free Zone colorizes and becomes PolyUrbaine, where the riffs of guitar has a dialogue with the patterns of battery to orchestrate an Afro/ rock / rap / beat kissing riffs of the rock, flow of the rap, oriental odd rhythms and African multi-rhythmic.

It is Polyrythmie-des-zones-Urbaines, where the cultural traditions, the scansions of the languages and the stories, mix and become entangled, juxtapose and cross, gathered as archipelago towards an All-World in perpetual (r)evolution. For PolyUrbaine, Free Zone welcomes texts and voices(votes) of:
– Mike Ladd, poet and New York rapper author of 10 albums more collaborations diverse as Company Flow, Saül Williams, Cannibal Ox, Vijay Iyer …
– Marc Nammour, poet and French-Lebanese rapper author of 3 albums under the name The Villain ( » A drop of honey in a liter of lead  » – on 2009,  » By time of fury  » – on 2011,  » The nausea  » – on 2014.)

facebook.com/pages/Zone-Libre-PolyUrbaine

 » The politics exploit the fears, the racism and the misogyny get back of the ground and double violence. Feminist clip,  » the mountain  » poster on the urban walls women’s faces, illustrious or anonymous, which opened the way so that « rights of the human » become « human rights ». 

From Olympes de Gouges to Rosa Parks, from Angela Davis to Anna Politovskaïa, from Harriet Tubman to Nawal Al Saadawi, of the most famous in the most hidden, the striking women take forward the life and to move back the darkness. FOR ALL.  » Serge Teyssot-Gay.

Crédits photo : Ced Forban (c)


« La Montagne » – extrait de l’album « Polyurbaine »
Sortie le 16 octobre
En concert le 2/12 à la Maroquinerie
Toutes les dates : http://bit.ly/1XG5Ynr
Plus d’infos : http://on.fb.me/1K57klW


 » The Mountain  » – extracts from the album  » Polyurbaine « 

Released on October 16th

In concert 2/12 in La Maroquinerie (Paris – France)

All dates : http://bit.ly/1XG5Ynr
More infos : http://on.fb.me/1K57klW

From Nowhere : Jesca Hoop

Toujours en quête de vous faire découvrir des talents trop méconnus (notamment en France), dans notre rubrique From Nowhere, nous mettons à nu pour vous cette semaine la belle et talentueuse Jesca Hoop, que son dernier album en date, Undress, révèle au mieux de sa forme, dans une réécriture de titres déjà franchement bien ficelés. Mais projetons-nous quelques instants des années en arrière … Lire la suite From Nowhere : Jesca Hoop

The Dead Weather : Enfin ! | It was time !

Les Dead Weather ont balancé sur le web un « I feel love (every million miles) » qui inaugure leur nouvel album Lire la suite The Dead Weather : Enfin ! | It was time !

Janet est de retour | Janet is back

Janet Jackson a laissé fuiter plus d’informations sur son nouvel album, Unbreakable, le onzième de sa carrière mais surtout le premier depuis la disparition de son frère Michael. On connaît Lire la suite Janet est de retour | Janet is back

IN COMPLETE : What we saw from the cheap seats (Regina Spektor)

Chaque semaine, un album à écouter en intégralité dans IN COMPLETE, la rubrique dédiée.

Cette semaine, hommage à l’immense Regina Spektor, et particulièrement à travers son album What we saw from the Cheap seats (comprenez Ce que nous avons vu depuis les places pas chères). Nous vous invitons à lire également les paroles de la dame.


Each week, an album in its entirely, in IN COMPLETE, the dedicated section.

This week, tribute to the great Regina Spektor, and particulary through her album What we saw from the cheap seats. We invite you to read her lyrics too.

Hits in era : Volume 1

C’est fait ! La première compilation gratuite à télécharger, réalisée par [S]Mag est enfin en ligne, avec, en tête d’affiche, BRITT ARNESEN (seule et avec son groupe 907BRITT), qui nous fait découvrir de son folk étoilé les contrées lointaines d’Alaska.

Puis, parmi les artistes à découvrir, des quatre coins du monde, les Américains de ZED, qui distille un rock stoner aux accents bluesy qui décoiffe, sur leur second opus, Desperation Blues, suivis de près dans le genre par les Polonais de SUPER HALO et leur excellent opus Czerwona. Coté rock Français, c’est FKV (Fucking Vintage), qui vous secoue les oreilles de leur Forgotten Ways avant d’enflammer les scènes du côté de Carcassonne, ainsi que le combo Parisien explosif NO MORE WAITING et les puissants MISSILES OF OCTOBER (Don’t Panic !).

Diverse, puissante, c’est ainsi que nous imaginions cette série de compilation, en espérant qu’elle vous emplisse les oreilles de belles ondes de choc. La pochette et le booklet de présentation de tout ce beau monde sont également à télécharger, avec les titres de la compilation ICI. Bonne écoute !


It’s done! The first free compilation to download, realized by [S]Mag is finally on-line, with, as special guest, BRITT ARNESEN (solo and with her group 907BRITT), who makes us discover, by her shining folk songs, the far country of Alaska.

Then, among the artists to discover, from the four corners of the world, the Americans of ZED, who distil a stoner rock with bluesy accents which ruffles the hair, on their second opus, Desperation Blues, followed closely in the genre by the Poles of SUPER HALO and their excellent opus Czerwona. Talking about French rock, it is FKV (Fucking Vintage), who shakes your ears with Forgotten Ways before firing stages near Carcassonne (South France), as well as the explosive Parisian comboNO MORE WAITING and the powerful MISSILES OF OCTOBER (Don’t Panic !).

Diverse, powerful, this is the way we imagined this series of compilation, hoping that it fills you the ears of beautiful shock waves. The cover and the booklet that presents all these great people are to be downloaded, with the tracks of the compilation HERE. Good listening!

The Winery Dogs : Debouts sur leurs pattes | Standing on their legs

Ritchie Kotzen, Bill Sheehan et Mike Portnoy (ex-Dream Theater), alias The Winery Dogs, sont de retour avec un second album, Lire la suite The Winery Dogs : Debouts sur leurs pattes | Standing on their legs

Sol’iter : Myles Kennedy

Sol’iter s’intéresse aux carrières en solo de membres de groupes, comme Myles Kennedy, connu pour son travail en 2009 et par la suite avec Slash, mais aussi comme leader Lire la suite Sol’iter : Myles Kennedy

From Nowhere : Thievery Corporation

Les Américains de Thievery Corporation se sont fait connaître à la fin des années 90’s, grâce à un mélange de trip-hop, lounge et d’électronique, le tout enrobé de Lire la suite From Nowhere : Thievery Corporation

Lana del Rey : vous allez souffrir | you will suffer

Les lecteurs de [S]Mag ne sont pas sans savoir le peu d’amour que nous vouons, depuis ses débuts, à la musique de Lana del Rey, et ce n’est pas le nouveau single « High by the beach » aux relents sulfureux Lire la suite Lana del Rey : vous allez souffrir | you will suffer

Chaud devant : les clips de rentrée | Be careful : clips for comeback

C’est la rentrée et avec elle son lot de clips en tous sens … On se disait qu’on se mettrait bien sous la dent quelques notes imagées d’Alicia Keys, la classe incarnée, n’est-ce pas Monsieur Naguy, qui n’a sans doute toujours pas oublié son live à Taratata avec la grande dame ; sinon quelque chose de visuel, version Woodkid ? Rien de tout ça. Alors nous sommes allés flirter côté grand public …

On le disait chaud le nouveau clip de Rita Ora avec rien moins que Chris Brown pour lui donner la répartie. Avouons qu’on a connu bien plus caliente et qu’au final, cette petite historiette sans deux sous d’originalité n’a effectivement d’autre intérêt que les jolies formes des deux tourtereaux. Suffisant pour maintenir un souffle estival sur la rentrée, et commercialement, une fois ajouté au côté people.

Pour le reste, on cherchera avec un peu plus d’intérêt dans les lignes musicalement faciles de Zedd, mais franchement efficaces (à noter la présence de Jon Bellion), un portrait de génération qui donne à réfléchir. Nous laisserons les jeunes lectrices et lecteurs de ces lignes réagir sur ce que leur inspire ce clip … et vous, c’était quoi votre clip de la rentrée ?

On s’est finalement dit que rien ne nous obligeait à rentrer tout de suite, alors on a suivi Lou Doillon dans ses errances et on trouvé que finalement c’était sympa l’été indien, sans corps dénudé, sans défi démesuré, tranquille, quoi, histoire de profiter un peu de la vie, comme on l’aime, idéale, quelques instants encore …. chuuuttt !


It is the comeback and with it, its lot of clips in all directions … We said to ourselves that we would appreciate some Alicia Keys’ full of imagery notes, the embodied class, isn’t it Mister Naguy, who didn’t forget doubtless still the live sound in Taratata with the great lady ; otherwise something visual, why not Woodkid art ? Nothing of all this. Then we went to flirt consumer side…

We said it warmly Rita Ora’s new clip with nothing less than Chris Brown to give her the repartee. Let us admit that we knew much more caliente and that definitively, this small little story without two money of originality has actually other interest than the attractive forms of both young turtledoves. Being enough for maintaining a summer breath on the comeback, and commercially, once added to the people side.

For the rest, we shall look with a little more interest in the musically easy lines of Zedd, but openly effective (to note Jon Bellion’s presence), for a portrait of generation which gives pause for thought. We shall let the young girls and boys, readers of these lines, react on what inspires them this clip. And you, what is your clip for this comeback 2015 ?

We finally said to ourselves that nothing obliged us to return at once, then we followed Lou Doillon in his wanderings and one found that finally it was nice the Indian summer, without bare body, without disproportionate challenge, just be quiet, just to take advantage a few of the life, as we like it, ideal, a few moments still …. shhhhh …

Spock’s Beard : Bennett Built a Time Machine

Symphony X : Kiss of fire

Liber le son : Archives (Björk)

On l’attendait, le voici ce support jouant le rôle de catalogue d’exposition de la rétrospective consacrée par le MoMA (Museum of Modern Arts – New York) à la chanteuse Björk et à son oeuvre. Le coffret s’appelle Archives. Lire la suite Liber le son : Archives (Björk)

In Complete : Galaxsea (Lunar Dunes)

In complete vous fait découvrir une oeuvre dans son entièreté, via Youtube. Bonne écoute ! Cette semaine, il s’agit du GalaxSea des Lunar Dunes, un space rock captivant.

In Complete makes you discover an album in its entirety, on Youtube. Have pleasure in sounds ! This time is dedicated to Lunar Dunes’ album Galaxsea, a surprising space rock.

NDLR : il est possible que le lien ne fonctionne pas, ce qui est indépendant de notre volonté | EDITOR’S NOTE: it is possible that the link does not work, which is independent from our will)


Iced Earth : Plagues of Babylon

C’est un vrai grand moment de heavy metal que les Iced Earth nous offrent à chaque album, et ce, depuis des décennies maintenant, tant et si bien qu’ils semblent condenser de la plus belle manière qui soit l’énergie Lire la suite Iced Earth : Plagues of Babylon

Alice in Chains : Nothing Safe

15 titres composent ce best of au nom déguisé, « Nothing safe », qui donne pourtant bien le ton de la carrière longue, musicalement riche et complexe d’Alice in Chains, Lire la suite Alice in Chains : Nothing Safe

Irma : Faces

C’est toujours un plaisir d’entendre s’élever dans l’air la voix soul, chaleureuse d’Irma, jeune poétesse de la soul, au phrasé typique, qui, de quelques accords de guitares bien sentis, nous transporte dans son monde. Lire la suite Irma : Faces

The Roots : And then you shot your cousin

Revoilà les plus grands MC du hip-hop groove Américain, qui fédèrent autour d’eux tous ceux qui ont envie de toucher du doigt la fièvre créatrice de The Roots : treize albums avec celui-ci, intitulé sans détour « And then you shoot your cousin », et le duo fondateur n’a pas perdu un gramme de sa verve. Flow superbe, ambiances hyper travaillées, entre BO de film, façon Wax Tailor et hip-hop plus rageur. De très belles orchestrations lient ce propos musical pour livrer un album très concret, réaliste au sens où il dresse un portrait de nouveau très enrichissant de la quotidienneté, l’histoire d’une rencontre entre humain et urbanité, comme Frankenstein se retrouvant face à face avec son propre monstre. Un bel album de The Roots, qui reste la valeur sure de la scène hip-hop actuelle, mêlant tradition et modernité dans un dialogue des cultures, des générations, des genres aussi. Fédérateur lorsqu’il n’est pas novateur, comme sur l’excellent « Undun ».


Here are again the biggest MC of the American groovy hip-hop, who federate around them all those who want touch of the finger the creative fever of The Roots: thirteen albums with this one, entitled frankly  » And then you shot your cousin « , and the founding duet did not lose one gram of its eloquence. Flow haughtiness, atmospheres hyper worked, between soundtrack, by like Wax Tailor’s, and more furious hip-hop. Very beautiful orchestrations bind this musical subject to deliver a very concrete, realistic album in the sense that it draws up again a portrait very enriching of the everyday nature, the story of a meeting between human and urbanity, as Frankenstein finding himself face to face with his own monster. A beautiful album of The Roots, which remains them as the sure value of the current hip-hop scene, mixing tradition and modernity in a dialogue of the cultures, the generations, the genres also. Unifier when he is not innovative, as on excellent « Undun ».

California Breed : Débridés | Unbridled

Il a accompagné ces trente dernières années plusieurs générations d’amateurs de rock, voire de hard-rock, à grand renfort de riffs bluesy : Glenn Hugues, qui n’est plus à présenter, avait refait parler de lui ces dernières années avec Black Country Communion, son projet avec Jason Bonham mais aussi Derek Sherinian (ex-Dream Theater, Planet X ..) et Joe Bonamassa. Il ne s’ennuie pas le monsieur ! Le revoilà, affublé d’Andrew Watt au chant sur le tout nouveau California Breed,  et son premier album éponyme où l’on retrouve le phrasé des Rolling Stones dans la démesure d’un Led Zeppelin, de véritables brûlots de rock, qui prouvent, si besoin était, que l’une des figures mythiques du genre d’une part assure encore et toujours après quarante ans de carrière, mais surtout, parvient à se renouveler au contact d’une génération plus jeune, qui a déjà, elle aussi, ses références, ses influences et ses lettres de noblesse. Que du bon !

He accompanied these last thirty years several amateurs’ generations of rock, even hard rock, with a lot of riffs bluesy: Glenn Hugues, who is not to be any more presented, had redone to speak about him these last years with Black Country Communion, his project with Jason Bonham but also Derek Sherinian (ex-Dream Theater, Planet X..) and Joe Bonamassa. He is not bored the sir ! Here he is again, decked out by Andrew Watt in the singing on quite new California Breed, and the first eponym album where we find the phrasing of Rolling Stones in the immoderation of Led Zeppelin, real firestones of rock, which prove, if need be, that one of the mythical figures of the genre on one hand sounds good again and again after forty years of career, but especially, succeeds in being renewed in contact of younger generation, who have already her self references, influences and must-have. Nothing else than good music !

Incognito : Amplified Soul

16 titres pour ce seizième album du collectif INCOGNITO, qui réconcilie, dans un travail de qualité irréprochable Prince, Marvin Gaye et la génération Nu Soul actuelle, Lire la suite Incognito : Amplified Soul

Elysian Fields : For house cats and Sea fans

Une nouvelle fois, Jennifer Charles et ses comparses nous entrouvrent les portes de leur univers fantasmagorique, sorte de cabinet de curiosités vivantes, où se côtoient les histoires d’un jour et les poésies de toujours, Lire la suite Elysian Fields : For house cats and Sea fans

Wye-Oak : Shriek

Le duo de Baltimore Wye-Oak nous revient, avec un album en forme de grimace, pied de nez aux modes et aux tendances, du nom de « Shriek », Lire la suite Wye-Oak : Shriek

The Pains of being pure at heart : Du coeur | From the heart

Avec un nom pareil, il n’était pas évident de se faire connaître, et pourtant les jeunes Américains de The Pains of being pure at heart, qui évoluent entre pop et rock Lire la suite The Pains of being pure at heart : Du coeur | From the heart