Archives du mot-clé dessin

Arts : Human Being Human (You man ?)

C’est une nouvelle pour personne, le monde est en crise. En crise économique, certes, en crise politique, assurément, en crise identitaire surtout : mondialisation, globalisation, communautarismes sectaires en tous genres, devenir planétaire, l’homme ne s’est jamais autant regardé le nombril, ventant la constellation de ses autosatisfactions Lire la suite Arts : Human Being Human (You man ?)

Stephanie Marazzo : « J’aime emporter l’art avec moi partout où je vais| I love carrying the art with me wherever I go. »

Et voilà notre dernier entretien, avec Stéphanie Marazzo, jeune modèle alternative professionnelle, qui a répondu à nos 10 questions, pour éclairer notre approche de ce sujet un peu hors normes qu’est le tatouage …

Lire la suite Stephanie Marazzo : « J’aime emporter l’art avec moi partout où je vais| I love carrying the art with me wherever I go. »

VOTEZ POUR HOLY HELL INK | VOTE FOR HOLY HELL INK

Chaque semaine, vous pouvez voter pour la « une » afin de lui donner une chance de devenir la une du mois. L’artiste de la une gagnante :

– fera la couverture du mensuel [S] Mag du mois,

– sera à la « une » de notre page Facebook durant le mois suivant,

– entrera en lice pour la désignation par nos lecteurs de la une de l’année, qui fera l’objet d’une édition Hors Série de [S] Mag, début 2016.

Pour soutenir l’artiste de la semaine, cliquez ci-dessous. Merci. Vous pouvez également partager autour de vous afin d’inviter vos proches à voter à leur tour.

Lire la suite VOTEZ POUR HOLY HELL INK | VOTE FOR HOLY HELL INK

Daran : Perte de repères | Loss of marks

Chez [S]Mag, cela fait plus de vingt-ans que l’on considère Daran comme l’un des piliers de sa génération, auteur d’albums sans concession, rock, bluesy, presque stoner dernièrement (avec le titre « une caresse une claque » notamment), ou profondément folk, à la manière du Monde perdu, le dernier en date, inscrit dans la longue tradition du récit de voyage. Un errement volontaire, en direction des autres, pour mieux retrouver ses propres fondamentaux, guitare, harmonica et chant à l’appui. Lire la suite Daran : Perte de repères | Loss of marks

H.R. GIGER : Alien Nation

Il n’était pas simplement le créateur d’Alien, puisque c’est ainsi que voudraient nous le présenter tous les tabloïds, en ce jour de deuil où Hans Ruedi, dit H.R. Giger, nous a quittés, à l’âge de 74 ans. Comme nous l’illustrons presque par provocation , le génie suisse de la transformation des corps a également réalisé, outre l’artwork de Attahk pour le groupe de jazz rock Magma, la magnifique araignée métallique et futuriste de Mylène Farmer, le pied de micro sensuel de Jonathan Davis (Korn) ou encore une machine infernale pour un clip de Kate Bush, que beaucoup ont déjà oubliée. Manière d’illustrer que le rapport qu’entretenait le maître fantastique du surréalisme industriel, avec cet art, n’était pas anodin.

L’innovation, la transfiguration, l’imagination faite matière est bien ce qui animait Magma à cette période donnée et qui a animé l’oeuvre de Giger à travers des décennies. Peu ou prou, la démarche révolutionnaire déstructurante de Korn dans sa période Follow the leader remuait à sa manière une sorte d’inconscient collectif, fait de peurs, de retraites et de non-dits, que la mise en lumière rendait visible à la fois dans sa violence, sa provocation, tout ce que H.R. Giger avait su signifier, non sans humour, à travers cet univers à la fois glauque et génial, mêlant sexe, acier, noirceur, faisant ainsi se rencontrer humains et créatures fantastiques modernes. Reste en paix, toi qui fus pour nous l’initiateur d’une dépendance rêvée ou avérée à l’autre côté, quelles qu’en aient été nos représentations, quelles qu’aient été nos attentes, nos désirs, nos fantasmes, nos peurs, nos faiblesses et nos humanités. Nous sommes tous les enfants d’une Alien nation, élevés à la tétine du débordement, de la matière réinventée, refondue, initiatrice, heureux de notre héritage, sensibles à nos accomplissements, fiers de nos inachèvements, symboles d’infinitude.


He was not simply the creator of Alien, since this is the way that would want to present him to us all the tabloids, on this day of mourning where Hans Ruedi, says H.R. Giger, left us, at the age of 74. As we illustrate it almost by provocation, the Swiss genius of the transformation of bodies also realized, besides the artwork of Attahk for the group of jazz-rock Magma, the magnificent metallic and futuristic spider of Mylène Farmer, the foot of Jonathan Davis’s sensual microphone ( Korn) or another infernal machine for Kate Bush’s clip, which many have already forgotten. Way of illustrating that the relationship which maintained fantastic master of the industrial surrealism, with this art, was not harmless.

The innovation, the metamorphosis, the imagination made material is good what livened up Magma in this given period and what livened up the work of Giger through decades. More or less, the revolutionary déstructurante approach of Korn for his period Follow the leader moved in its own way a kind of collective unconscious, made by fears, by pensions and by unspoken, that the brought to light made visible at the same time in its violence, its provocation, all that H.R. Giger had known how to mean, not without humor, through this at the same time glaucous and brilliant universe, mixing sex, steel, blackness, so making meet itself human beings and modern fantastic creatures. Rest in peace, you who were for us the initiator of a dependence dreamed or turned out in the other side, whoever were our representations, whoever were our expectations, our desires, our fantasies, our fears, our weaknesses and our humanities. We are all the children of one Alien nation, raised to the pacifier of the overflowing, the reinvented, melted again material, initiator, happy of our inheritance, sensitive to our fulfillments, proud of our incompletions, symbols of indefiniteness.