FOALS : What went down


Il ne faut pas attendre bien longtemps pour que le rock efficace et emmené des Foals nous habite de nouveau, comme c’est à chaque fois le cas : speed, lorsqu’il n’est pas rageur, conservant cet aspect aérien qui lui confère un aspect universel. Le titre éponyme « What went down » ouvre magnifiquement ce nouvel album, posant un à un les jalons de ce qui n’est autre que le renouveau du rock anglais, et que les Foals, The Maccabees et quelques autres tiennent en leurs mains aujourd’hui comme à l’époque une bande de potes dénommés Led Zeppelin imposait en quelques albums le son attendu de tous, comme une révélation.

foals-what-went-downParmi les savants ingrédients de ce rock mâtiné de pop, très 2000’s, il y a ces géniaux refrains où les 80s ont laissé la trace de leurs claviers sautillants (on pense même à Depeche Mode), qui portent chaque titre au zénith de son énergie (« Mountain at my gates », «Night Swimmers»). Une telle capacité, en quelques notes, à dessiner l’ossature d’un titre qui va fonctionner, évidemment, n’est pas donné à tout le monde, et les petits hits que sont « Snake it » (que leur envierait bien un certain Jack White) et « What went down » ne nous font pas mentir. D’autres compositions laissent pour leur part une place relativement importante à des circonvolutions qui prennent là au blues quelques subtilités de ton (« London Thunder »), là à la pop sa légèreté (« Albatross » mais aussi « lonely Hunter » qui rappelle les Editors), derniers éléments nécessaires à l’alchimie totale.

Il y a assurément une unité dans cet album qui ne nuit pas et permet de tirer vers le haut les rares compositions pour lesquelles on n’est pas emballés immédiatement. Gageons qu’avec le temps, ce nouvel opus s’imposera comme un incontournable du groupe, même si à cette heure un « holy Fire » trône toujours au sommet de ce que les Anglais ont pu nous délivrer jusqu’à aujourd’hui.


You should not wait a very long time so that the rock effective and peppered by Foals lives in us again, as it is every time the case: speed, when it is not furious, preserving this air aspect which confers it a universal aspect. The eponym title  » What went down  » opens splendidly this new album, putting one by one the milestones of what is nothing else than the revival of the English rock, and what Foals, The Maccabees and some others hold in the hands today as in the time a band of buddies called Led Zeppelin imposed in some albums the sound expected from all, as a revelation.

Among the learned ingredients of this crossbred rock of pop, very 2000’s, there are these brilliant tunes where 80s left the track of their hopping keyboards (we think even of Depeche Mode), which carry every song in the top of its energy ( » Mountains at my gate « , « Night Swimmers « ). Such a capacity, in some notes, to draw the skeleton of a song which is going to work, obviously, is not given to everybody, and the small hits like  » Snake it  » (which would envy them well a certain Jack White) and  » What went down  » does not make us lie. Other compositions leave for their part a place relatively important for convolutions which take there in the blues some subtleties ( » London Thunder « ), there in the pop its lightness (« Albatross » but also  » lonely Hunter  » who reminds Editors), last elements necessary for the total alchemy.

There is undoubtedly a unity in this album which does not harm and allows to pull downwards the rare compositions for which we are not immediately packed. Let us pledge that in time, this new opus will stand out as a major of the band, even if at the present time « Holy Fire » always thrones at the top of what the English musicians were able to deliver us until today.

Publicités

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s