Janet Jackson : Unbreakable


Quelques notes, quelques paroles, tout est clair et limpide : Janet Jackson est de retour, pour de bon, drapée de titres soul (« After you fall », « well traveled ») qui flirtent avec la pop si chère à feu son frère Michaël (« Dream Maker », « The great forever ») et avec le R’n’B le plus brut (« Burn it up ! » et surtout « Gon’ Be Alright », peut-être le meilleur titre de cet opus, parfaitement taillé pour la scène). De son « Unbreakable » à l’« Invincible » du roi de la pop, il n’y a d’ailleurs qu’un petit pas, allègrement franchi pour un hommage souligné.

Si le travail orienté électro (« Dammm Baby », « Night », « Take me away ») n’est pas vraiment le symbole d’une modernité qui aurait pu inscrire Janet durablement dans une nouvelle phase de sa carrière, quelques titres bien sentis comme le duo avec J. Cole (« No sleeep »), l’épidermique « Promise » et surtout l’original « Black Eagle » tirent leur épingle du jeu sans difficulté. Il faudra donc compter avec Janet Jackson dans les années à venir, même si la dame va devoir, en sortant de la période de deuil, se frayer plus sérieusement un chemin dans l’immensité des têtes qui pointent çà et là pour lui voler un flambeau qu’elle disputait jusqu’alors principalement en famille. Il y a fort à parier que cet « Unbreakable » n’y suffira pas. A suivre.


Some notes, some words, everything is crystal clear: Janet Jackson is back, really, draped in soul songs ( » After you fall « ,  » well traveled « ) which flirt with the pop so expensive to his brother Michaël (« Dream Maker »,  » The great forever « ) and with R’ Not B the most raw ( » Burn it up!  » and especially  » Gon ‘ Be Alright « , maybe the best track of this opus, perfectly cut for the stage). Of her « Unbreakable » to « Invincible » by the king of the pop, there is moreover only a small step, cheerfully crossed for a great tribute.

If the work directed on electro (« Dammm Baby », « Night », « Take me away ») is not really the symbol of a modernity which would have been able to register Janet durably in a new phase of her career, some tracks were felt well as the duet with J. Cole (« No. sleeep »), epidermic « Promise » and especially original « Black Eagle » get out while the going is good without any trouble. Thus it will be necessary to matter with Janet Jackson in the coming years, even if the lady is going to have to, by going out of the period of mourning, make a way more seriously in the immensity of the heads which clock here and there to steal her a torch for which she competed until then mainly in family. The chances are high that this « Unbreakable » will not be enough for it. Coming up next.

Publicités

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s