The Winery Dogs : Hot Streak


Un second album est toujours un bel enjeu pour un groupe, fut-il associé au statut de « super groupe » du fait de ses membres internationalement reconnus pour leur talent comme pour leur carrière : Billy Sheehan (Talas, Steve Vai, David Lee Roth, Mr. Big, UFO et Michael Schenker Group notamment), qui a participé à certaines élucubrations progressives de la bande à Dream Theater (Explorers’club, qui était sans aucun doute l’un des projets parallèles les plus aboutis de toute leur histoire), alors que son comparse batteur des Winery Dogs, Mike Portnoy, en frappait encore les fûts et Ritchie Kotzen (Poison, Mr Big) sont donc de retour avec « Hot Streak ».

Si le trio s’aventure dans un rock arrondi aux entournures (« Spiral », « Think it over »), pas désagréable mais loin de révolutionner le genre, d’autres compositions font montre d’une efficacité rythmique qui est la marque de fabrique du groupe (« Devil you know »). The Winery Dogs, en reprenant à son compte un son très 90’s, convoque bien des souvenirs de riffs et soli, de Skin aux Guns’n’roses, AC/DC (« Captain love »), en passant même par Poison ou Ratt (la voix n’est évidemment pas la même).

Il n’y a guère que leur sens d’un rock au accents bluesy qui parvient à nous accrocher, et leur talent évident pour les compositions de haute voltige, où le passif du sieur Portnoy côté rock/heavy progressif se fait plus que sentir (« Oblivion »). « Hot Streak » est en ce sens un bon album, plaisant à l’écoute, auquel il manque, selon nous, ce quelque chose de magique qui vous fait y revenir sans tarder. On le ressortira pour voir, dans quelques semaines, s’il s’est amélioré comme tout bon alcool qui se respecte.


A second album is always a beautiful stake for a group, even associated with the status of « great group » because of its members are internationally recognized for their talent as for their career: Billy Sheehan (Talas, Steve Vaï, David Lee Roth, Mr Big, UFO and Michael Schenker Group in particular), who participated in certain progressive wild imaginings of Dream Theater (Explorers’ club, which was undoubtedly one of the most accomplished parallel projects of all their history), while his walk-on drummer of The Winery Dogs, Mike Portnoy, still struck drums and Ritchie Kotzen (Poison, Mr Big) are back with « Hot Streak ».

If the trio ventures into a rock rounded off in armholes (« Spiral », « Think it over »), not unpleasant but far from revolutionizing the genre, the other compositions show a rhythmic efficiency which is the trademark of the band (« Devil you know »). The Winery Dogs, by taking responsibility for a sound very of 90’s, summon a lot of memories of riffs and solos, from Skin to Guns’N’Roses, AC/DC (« Captain love »), passing even by Poison or Ratt (the voice is not obviously the same).

There is hardly only their feel of a rock with bluesy accents which succeeds in catching us, and their obvious talent for the masterly compositions, where Mr. Portnoy’s story on progressive rock / heavy side is more than felt (« Oblivion »). « Hot Streak » is this way a good album, pleasing the listening, in which it misses that, according to us, something magic which makes you return on it immediately. We shall take out it again to see, in a few weeks, if it improved as any good alcohol which respects itself.

Publicités

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s