The Blackstone co : « le groupe a besoin de s’exprimer en live avant tout | We first need to play live  » (interview)


Nous vous présentions il y maintenant quelques semaines les premières démos de The Blackstone co., groupe originaire du Sud de la France, qui, ses compos sous le bras, s’en va conquérir les oreilles chastes du public rock et métal dans une rencontre scénique qui s’est faite attendre. Soyez rassurés, ces gars-là seront enfin sur les planches ce vendredi 9 octobre au Korrigan (Aix-en-Provence / Luynes), aux côtés de Mils, Caregivers et Volt Face. Nous avons souhaité leur poser quelques questions …

korrigan1 – The Blackstone co., autant dire que ça sent bon l’affiliation au Black Label Society : d’où vient ce nom ?

Marco : Ce n’est pas une affiliation à BLS ! J’avoue que Black Label fait partie de mes influences mais au final, The BlackStone co n’est en rien un sous domaine de BLS. Ce serait extrêmement prétentieux du coup, même si je suis fan du concept ! Quand nous avons monté l’équipe « finale » (Sam est arrivé après) j’ai proposé quelques idées de nom aux autres. Nous avons croisé avec les idées qui venaient d’eux et au final on est resté sur ça. Si tu préfères, TBSC est une bande de pote, une famille, une confrérie du Rock’n’Roll, c’est ce que veut dire The BlackStone co. L’explication officielle en fait… Mais la vraie raison qui a validé aussi ce nom nous vient de Renaud (le bassiste). Blackstone est un produit médicinal qui sert à améliorer l’érection, c’est un produit naturel interdit en France mais c’est notre emblème maintenant ! Comme tu peux le voir, il y a du sérieux et du moins sérieux dans notre confrérie de bûcherons !

Renaud : L’idée du nom est partie de Stone Eye, le projet précédant Black Stone Co. Comme souvent pour un nom de groupe, il y a des références aux influences musicales et une blague potache. Je tiens à préciser que nous ne sommes pas endorsés pour ce produit…

2 – Vous vous présentez comme la suite logique du travail (NDLR : d’excellente qualité) d’In The Divine Machine : pouvez-vous nous en dire plus sur votre histoire, le nouveau line-up, les « anciennes » et nouvelles compos ?

Marco : Oui et non au final. C’est le même groupe avec un nouveau chanteur. Avec Eric (batterie) et Renaud nous avions compris que l’alchimie était née dès le départ, dès le début de In The Divine Machine et que dans tous les cas, nous sommes voués à travailler musicalement ensemble comme sur une autoroute. Quand Tara (chanteur d’ITDM) à « planté » son projet – car c’était bien son projet à la base – nous avons vite souhaité repartir sur autre chose. Ca ne s’est pas fait tout de suite. Nous avions brûlé beaucoup d’énergie pour au final se prendre un mur à 130km/h d’un coup sans le voir et l’idée est donc restée dans un tiroir pendant 2 ans. J’ai monté au début Stone Eye avec des musiciens que je connaissais mais ça ne l’a pas fait. Il me manquait un truc. Cela m’a cependant permis d’écrire une bonne flopée de titres qui sont désormais les titres de BlackStone co. J’ai eu ensuite une ouverture avec Eric début 2014 qui me refaisait de l’œil – c’est bien connu, les musiciens ne peuvent jamais arrêter longtemps !! – et nous avons donc décidé de lancer l’histoire juste après que Renaud ait dit OK dans la foulée ! Je te passe les galères pour trouver le bon chanteur, mais pendant ce temps nous avons monté les titres … En Novembre 2014, nous avons fait la connaissance de Sam. Et là, on restés sur le cul ! C’est vraiment ça ! Le premier titre qu’il a écrit en quelques jours était « New Birth ». C’est exactement ce qu’on voulait entendre sur ce morceau ! LA voix qu’on attendait tous les trois. En plus d’être un mec cool, il écrit très bien, compose aussi et travailler sur les titres avec lui est vraiment facile. Il s’est intégré à la confrérie en 5 minutes montre en main et depuis, BlackStone co est tel qu’il est ! Brut, lourd, puissant ! Concernant les titres, un seul reste de l’époque Divine Machine. C’est « Face of Freedom » (on peut en entendre un bout sur une vidéo teaser guitars sur notre chaine Youtube). On l’a joué une seule fois à l’époque mais depuis il a été remodelé. Le reste est nouveau…

3 – Les démos du futur « Ibernathus », que nous avons eu la chance d’écouter en exclusivité, ont pour le moins un caractère assez heavy mais très mélodiques : quelles sont en effet vos influences respectives et communes ? Qu’écoutiez-vous pendant ce travail acharné de composition puis d’enregistrement ?

Marco : Ah ! « Ibernathus » ne sera pas le nom définitif de l’album. C’est une private joke que nous gardons pour nous ! Le titre de l’album sera annoncé quand nous aurons plus de matière pour en parler. Ce qui veut dire quand nous serons en studio – j’espère dans le premier trimestre 2016 – à ce moment-là, on verra ! Pour le reste, quand tu écoutes les titres, tu dois surement reconnaître tout un tas d’influences. Stone Sour, Black Label, Pink Floyd des fois, Maiden un peu, des trucs progressifs, des trucs métal, nos vies… Bref, il y a de tout et tout est involontaire en terme de « ressemblance ». Pour ma part, j’écoute de tout.

Sam : Alors, moi j’écoute rien, je suis sourd ! Ahaaaahhaah ! Toujours pas loin dans mon portable, dans la voiture, il traine un album de Led Zeppelin, un album de Maiden ou d’AC/DC, de Black Sabbath ou encore d’Alice in chains, Megadeth, Metallica, des standards mais aussi des trucs un peu plus violents comme In Flames, Sepultura, Bach et Vivaldi. J’oublie environ 2500 groupes que j’adore et qui font partie de ma vie et de fait, m’influencent certainement dans ma composition.

Eric : j’écoute essentiellement du métal ’old school‘  les premiers Iron Maiden, tous les Dream Theater jusqu’à « Six Degrees », Rush, Metallica (jusqu’à « Reload » … Apres je n’y arrive pas…. La caisse claire est tellement pourrie !!!!), certains morceaux de Slayer, et aussi beaucoup de trucs plus calmes comme Transatlantic. Pour ce qui est de nos influences communes Alter Bridge et Stone Sour sont vraiment mes groupes préférés. Ça c’est pour les groupes qu’on a en commun au sein de TBSC, après j’écoute beaucoup d’Opeth, enooooorrrrmément de Mastodon, du Rammstein à m’en faire péter les tympans. J’adore aussi des choses plus calmes comme Dave Matthews band, the Winery Dogs, Supertramp … tout ça dans le désordre le plus total lol

Marco : Quand il te dit énormément de Mastodon … c’est que le prénom ! On en peut plus ! Par contre je suis étonné qu’il ne parle pas de sa collection de disque de Dave et des posters qu’il a dans sa chambre … Passion qu’il partage avec Renaud notre bassiste. Je sais qu’il ont des pin’s et leur carte du Club Dave … un collector !

Renaud : Pour les influences, ça tourne essentiellement autour du rock, dans le désordre Pearl Jam, Primus, Audioslave, Iron Maiden, plus des trucs de guitaristes … J’écoute aussi pas mal de pop et des classiques des années 60-70 (Beatles, Who, Deep purple, etc.). Pendant les enregistrements et le travail d’arrangement, j’écoutais beaucoup les mixes guitare-batterie pour m’imprégner des morceaux et trouver des idées. Quant aux ragots colportés par certains guitaristes concernant Dave, c’est de la pure calomnie. (Vanina ha ha ha…).

betrayer

4 – Vous avez posté au fur et à mesure des vidéos de vos séances d’enregistrement, faisant participer l’auditeur à la création même de l’album : plus précisément, qui compose quoi ? Comment se fait le processus de création : paroles ou musique d’abord ou concomitamment ?

Renaud : Marco nous envoie des maquettes instrumentales assez abouties. Ça nous permet de préparer les morceaux et de prendre le temps pour trouver des arrangements. Cette méthode est assez efficace car on arrive en répète en ayant le morceau dans les doigts…

Eric : je reçois les fichiers de Marco avec carte blanche sur la batterie. En général, je viens peu de temps après en répète avec mes idées sur la future compo. Elles sont tellement bien écrites par Marco que je reste assez proche du premier jet. On affine tout ça ensemble, mes parties de batterie sont là pour servir les morceaux, du coup tout le monde donne son avis et je change les parties lorsque c’est demandé. La batterie ressemble vraiment (j’espère.) à ce que le groupe veut faire. Ensuite il ne tiens qu’à moi de faire sonner tout ça et ça, c’est une autre histoire mdr …

Sam : Je suis arrivé sur le tard et il y’avait beaucoup de matière, les morceaux étaient prêts et calibrés, y’avait plus qu’à écrire du texte et brailler. J’ai ramené 2 morceaux d’un ancien projet, Mais en règle générale c’est Marco qui pond l’œuf et ensuite on le couve. Surement la méthode qui nous convient le mieux et surtout la plus productive.

Marco : C’est exactement ça ! J’ai écrit tous les instrumentaux sauf « Craved » et « Bitter Awakening ». Eric et Renaud ont champ libre sur leurs parties, Sam sur ses textes et lignes vocales, ensuite en retravaille tout ça ensemble. Ils savent que rien n’est figé quand je propose un titre et qu’on peut le tordre dans le sens qu’on veut. Le dernier mot est toujours l’avis général du groupe !

5 – Puisqu’on parle de lyrics, de quoi parlent vos chansons, l’album ?

Sam : Mes chansons parlent d’amour évidemment, de comment le monde va bien, pardi ! Ça parle de sentiment humain, de corruption, de rêves bizarres et de voyage dans le temps. Des choses de la vie quoi !!!

6 – Pas encore de clip, mais une vraie esthétique dans l’artwork, les vidéos sur Youtube, les photos : qui réalise tout cela ? Envisagez-vous de mettre ces images en mouvement bientôt à l’occasion d’un clip officiel ?

Marco : Il est clair que de nos jours, il faut compter avec le net et les réseaux sociaux. C’est une évidence ! Tout se passe là ! Nous avons créé une chaine Youtube, des comptes sur Soundcloud, Reverbnation, Facebook, Twitter etc. Nous essayons de les utiliser au maximum. Le truc c’est que ce n’est pas suffisant pour se faire connaître. On compte aussi beaucoup sur le bouche à oreille et les concerts à venir. Blackstone est un groupe qui s’exprimera encore mieux en live ! Concernant le clip, il n’y aura rien avant la sortie de l’album, ça ira avec ! Par contre nous prévoyons encore des « studio reports » faits maison qui couvriront les pré productions et les séances studio et certainement des moments où nous faisons des trucs moins musicaux (comme des barbecues et des dégustations de gâteaux ! Eric est très fort dans ces deux domaines !). Plus largement, il y aura bien surtout un tas de vidéos sur nos live quand ce sera possible. Nous aimons l’idée de garder à notre main pour l’instant tout ce qui est communication. L’artwork y compris. Je ne dis pas que nous le faisons mieux de ce fait mais ça nous permet de montrer vraiment le truc comme on le sent ! Pour l’instant, c’est Sam et moi qui bossons sur le côté graphique du groupe, juste parce que nous avons les outils pour le faire ! Tout est validé en commun !

Sam : Tout à fait ! On a les moyens techniques et les connaissances pour bricoler de bonnes images. Elles sont le reflet de notre imagination. Pour le clip j’ai envoyé un mail à George Lucas mais je n’ai à ce jour aucune nouvelle.

Renaud : D’ailleurs on cherche pour la vidéo un chorégraphe avant-gardiste et un styliste spécialisé dans le Latex…

7 – L’album va bientôt sortir, est-ce une autoproduction ? Puisque l’heure est à la crise, aux difficultés pour les artistes, tant sur les ventes que sur les cachets : quelques mots sur le financement de tels projets aujourd’hui ?

Sam : Bip …

Eric : Tout est autofinancé…. On est des passionnés ! On ne roule pas sur l’or mais on fera tout jusqu’au résultat final qui sera notre premier album. On commence à avoir une certaine expérience tous et on sait exactement ce qu’on veut faire et où on veut aller ! On est déterminés, comme jamais. Les ventes pour l’instant franchement, on n’y pense pas ! On sait que le contexte actuel est très difficile sur ces sujets-là. Nous ce qu’on vise c’est la scène, envoyer du gros en concert et avoir la réponse du publique car au final, c’est pour ça qu’on entreprend tout ça. L’énergie des concerts, la rencontre avec le public… j’attends ça comme un lion en cage ! Je préfère faire un super concert où l’on joue à perte plutôt qu’un gros cachet pour un concert médiocre.

Renaud : L’enregistrement de l’album du précédent projet était déjà autofinancé. Tout a été fait dans nos Home Studios donc on sait où on va. C’est plus simple pour appréhender l’album.

Marco : Pour l’album, on passera en studio uniquement pour la batterie. Pour le reste, on utilisera mon home studio et du matos de chez Two-notes pour les prises guitares (une boite française qui fabrique des solutions numériques haut de gamme pour guitare et basse). Et ça nous permettra de prendre le temps qu’il nous faudra et de le peaufiner comme un bon vin tout en limitant nos budgets. Après, je ne te cache pas que le second album risque d’être fait dans un gros studio… mais occupons-nous déjà de celui-là !

8 – Quelle est votre actualité pour les mois à venir : la parution officielle de l’album, des scènes, quoi d’autres ?

Marco : Dans l’ordre ce sera live/EP/album. Je pense que le groupe a besoin de s’exprimer en live avant tout. Nous sommes sur le point de sortir un EP 5 titres pour patienter …

Eric : Le live bien entendu !!!! On recherche des dates activement en ce moment donc si vous voulez jouer avec nous, n’hésitez pas à nous contacter via notre page Facebook !!! Tous les contacts sont dessus !

9 – Comment allez-vous diffuser « Ibernathus » ? Comptez-vous faire appel à des plateformes de téléchargement légal (bandcamp, autres) et si oui, que pensez-vous du format mp3 ?

Marco : Tu sais, le principal est que notre musique soit écoutée et partagée. C’est bien le but de la culture d’être partagée non ? Bien sûr, nous pensons aux plateformes légales car elles sont rentrées dans les automatismes maintenant. Par contre – et là, c’est vraiment personnel – je trouve que la politique de rémunération de certaines sont à la limite de l’escroquerie. Que tu sois petit ou gros dans le business, c’est juste incroyable de voir des pourcentages aussi bas pour les artistes ! Mais pour rattraper le financement d’un album, il faudra surtout compter sur le merchandising et éventuellement les concerts (même si ce n’est pas plus facile dans ce domaine).

Sam : Rien que pour le fun je vois bien l’album en vinyle, parce que la pochette bon sang ! Comme dit Marco ce qui m’importe le plus c’est d’être entendu, peu importe le support !

10 – Dernière question, d’actualité : la rentrée foisonne d’albums, notamment côté métal, de Iron Maiden à The Winery Dogs, en passant par Children of Bodom et tant d’autres : vous êtes-vous jetés ou allez-vous vous ruer sur un ou plusieurs d’entre eux et si oui, lesquels ?

Eric : le dernier Winery Dogs, le dernier Maiden et j’attends impatience qu’Alter Bridge retourne en studio !!!

Renaud : Pareil qu’Eric, Winery Dogs (un peu parce qu’on est fans des musicos !!) et le dernier Iron Maiden qui envoie bien.

Sam : Me jeter non, par contre j’ai le dernier Maiden et le dernier Motörhead , ça fait partie de mes principes de « respect fondamental » pour les groupes que j’écoute depuis que j’ai 12 ans.

Marco : Honte à moi, je n’ai aucune de ces dernières galettes ! Mais je vais essayer d’y remédier ! Par contre j’ai appris récemment que Zakk Wylde allait sortir Book of Shadows 2 et là, je risque de faire le pied de grue devant Virgin … oups pardon, c’est vrai qu’on a décimé cette chaîne de magasins … hum ! Et si Dave ressort un album ou une compilation, je l’offrirai à notre section rythmique sans tarder c’est promis !!

Merci à Marco, Eric, Sam et Renaud pour leur sens de l’humour.

Contacts : https://www.facebook.com/theblackstoneco


ukWe presented you a few weeks ago the first demos of The Blackstone co., a band native of the South of France, which, its compositions under the arm, goes away to conquer the chaste ears of the public rock and metal in a scenic meeting which was a long time coming. Be reassured, these guys will belong finally on stage on this Friday, October 9th to The Korrigan (Aix-en-Provence / Luynes – France), beside Mils, Caregivers and Volt Face. We wished to ask them some questions…

1 – The Blackstone co ., one might as well say that it sounds well the membership to Black Label Society: where does this name come from?

Marco: it is not a membership to BLS! I admit that Black Label is one of my influences but in the end, the BlackStone co is not at all a child of BLS. It would be extremely conceited as a result, even if I am a fan of the concept! When we took up the « final » team (Sam arrived later) I proposed some ideas of name to the others. We crossed with the ideas which came from them and finally we stayed on that. If you prefer, TBSC is a band of buddy, a family, a brotherhood of Rock ‘n’ roll, it is what wants to say The BlackStone co. The official explanation in fact … But the real reason which also validated this name comes to us from Renaud (the bass player). Blackstone is a medicinal product which serves to improve the erection, it is a natural product forbidden in France but it is our emblem now! How you can see it, there is seriousness and some least serious things in our lumberjacks’ brotherhood!

Renaud: the idea of the name came from Stone Eye, the project preceding Black Stone Co. As often for a name of group, there are references to the musical influences and a schoolboy prank. I have tospecify that we are not supported for this product …

2 – You appear as the logical result of the work (EDITOR’S NOTE: of excellent quality) of previous band In The Divine Machine: can you say to us about it more on your history, the new line-up, the « former » and new compositions?

Marco: yes and no in the end. It is the same band with a new singer. With Eric (drums) and Renaud we had understood that the alchemy had been born from the beginning, at In The Divine Machine and that in every case, we are dedicated to work musically together as on a highway. When Tara (singer of ITDM) « crashed » his project – because it was really his project on the base – we fast wished to restart on something else. It didn’t work at once. We had burned a lot of energy to take ourselves in the end a wall at 80 miles / hour, all of a sudden, without seeing it and the idea thus stayed in a drawer during 2 years. I went up at the beginning Stone Eye with musicians whom I knew but that did not run. I missed a thing. It however allowed me to write a good mass of songs which are from now on BlackStone co’s tracks. I had then an opening with Eric at the beginning of 2014 who made a veiled appeal to me – it is well known, the musicians can never stop for a long time!! – and we thus decided to launch the story and Renaud said OK quite in the same time! I don’t tell you bad adventures to find the good singer, but during this time we took up the songs … In November, 2014, we got acquainted with Sam. And there, we have been totally surprised ! It is really that! The first title which he wrote in a few days was « New Birth ». It was exactly what we wanted to hear on this piece! THE voice that we waited all for three. Besides being a cool guy, he writes very well, also composes and working on the tracks with him is really easy. He became integrated into the brotherhood in 5 minutes watch in hand and since then, BlackStone co is such as it is! Raw, heavy, powerful! Concerning the songs, a single rest of Divine Machine period. It is  » Face of Freedom  » (we can hear an end on a video teaser #guitars on our channel YouTube). We played it only once the period but since it was remodelled. The whole rest is new …

3 – The demos of future « Ibernathus », whom we had the opportunity to listen to exclusively, have at least a character enough heavy but very melodic: what are indeed your respective and common influences? What did you listen to during this relentless work of composition then recording?

Marco: ah! « Ibernathus » will not be the definitive title of the album. It is a private joke that we keep for us! The title of the album will be announced when we shall have more material to speak about it. What means when we shall be in studio – I hope in the first quarter 2016 – at this moment, we shall see! For the rest, when you listen to the songs, you certainly have to recognize a whole lot of influences. Stone Sour, Black Label Society, Pink Floyd sometimes, Iron Maiden a little, progressive things, some metal ones, our lives … In brief, there is many things and everything is involuntary in term of « resemblance ». For my part, I listen to of everything.

Sam: then, me I listen to nothing, I am deaf! Ahaaaahhaah! Always not far in my smartphone, in my car, it drags an album of Led Zeppelin, of Iron Maiden or AC/DC, Black Sabbath or still Alice in chains, Megadeth, Metallica, standards but also things a little more violent as In Flames, Sepultura, Bach and Vivaldi. I forget approximately 2500 bands which I adore and which are part of my life and influence me certainly in my composition.

Eric: I listen to essentially some metal ‘ old school ‘ the first albums of Iron Maiden, all Dream Theater until « Six Degrees », Rush, Metallica (until « Reload »… After I can’t bear. The snare drum is so much rotted!!!!), certain pieces of Slayer, and so many things more quiet as Transatlantic. As for our common influences Alter Bridge and Stone Sour are really my favorite bands. That it is for the ones that we have in common within TBSC, but I listen to many Opeth, a looooottttt of Mastodon, Rammstein until making my eardrums broken. I also adore things more quiet as Dave Matthews band, the Winery Dogs, Supertramp, all this in the most total disorder lol

Marco: when he tells you a lot of Mastodon he doesn’t tell you all the truth! We can bear it more! On the other hand I am amazed that he does not speak his collection of records of Dave and the posters which he has in his room … Passion which he shares with Renaud our bass player. I know that he have some pin’s and their collector card to the Dave’s Club!

Renaud: For the influences, it turns essentially around the rock, in the disorder Pearl Jam, Primus, AudioSlave, Iron Maiden, more guitarists’ things … I listen to so quite a lot of pop and classics of the years 60-70 (Beatles, Who, Deep purple, etc.). During the recordings and the work of arrangement, I listened to a lot mix of guitars-drums to soak me with pieces and find ideas. As for the gossip hawked by certain guitarist concerning Dave, it is about pure slander. (Vanina ha ha ha)

4 – You posted many videos of your sessions of recording, making the auditor participate in the creation of the album: more exactly, who composes what? How is made the process of creation: words or music at first or concomitantly?

Renaud: Marco sends us rather accomplished instrumental models. That allows us to prepare the pieces and to take time to find arrangements. This method is rather effective because we arrive in studio by having the piece in fingers…

Eric: I receive Marco’s files with open fields on my drums parts. Generally, I come a short time later to the band with my ideas on the future composition. They are so well written by Marco that I remain rather close to the rough draft. We refine all this together, my parts of drums are there to serve the pieces, so everybody expresses one’s opinion and I change the parts when asked. The drums really looks like (I hope) what the band wants to make. Then it hold only me to ring all this but this is a different story lol…

Sam: I arrived late in the band and there was a lot of material, the pieces were ready and calibrated, I had just to write the text and to squall. I came with 2 pieces of a previous project, But as a general rule it is Marco who lays the egg and then we hatch him. Certainly the method which suits us best and especially the most productive.

Marco: it is exactly that! I wrote all the instrumental except « Craved » and « Bitter Awakening ». Eric and Renaud have open field on their parts, Sam on his texts and vocal lines, then we work again all this together. They know that nothing is congealed when I propose a song and that we can twist it in the sense which we want. The last word is always the general opinion of the band!

5 – As we speak about lyrics : what are your songs telling about? and the album?

Sam: my songs speak about love obviously, of how the world is well, as you can imagine it! That speaks about human feeling, about corruption, about strange dreams and about journey in time. Things of the life, aren’t they ?

6 – Not still any clip, but real esthetics in the artwork, the videos on YouTube, and photos: who realizes all that? Do you intend to put these images in movement soon on the occasion of an official clip?

Marco: it is clear that nowadays, it is necessary to matter with the internet and the social networks. It is an obvious fact! Everything takes place there! We created a channel YouTube, accounts on Soundcloud, Reverbnation, Facebook, Twitter etc. We try to use them at the most. But it is because it is not self-important to be known. We count so a lot on the word of mouth and the concerts to come. Blackstone is a band which will express itself even better in live! Concerning the clip, there will be nothing before the release of the album, that will go with it! On the other hand we still plan  » studio adjournments  » home-made which will cover meadow productions and the sessions studio and certainly with moments when we make less musical things (as barbecues and tastings of cakes! Eric is very strong in these two domains!). More widely, there will be well especially a heap of videos on our live when it will be possible. We like the idea to keep for our hand at the moment all which is communication. The artwork including. I do not say that we will do it better of this fact but that allows us to show really the thing as we feel it! At the moment, it is Sam and I who work on the graphic side of the group, just because we have tools to make it! Everything is validated in common!

Sam: completely! We have technical means and knowledge to tinker good images. They are the reflection of our imagination. For the clip I sent an e-mail to George Lucas but I have this day no piece of news.
Renaud: moreover we look for the video for an avant-gardist choreographer and for a stylist specialized in the Latex …

7 – The album is soon going to be out, is it an autoproduction? Because the hour is for the crisis, for the difficulties for the artists, both on the sales and on the fees : some words on the financing of such projects today?

Sam: beep …
Eric: everything is self-financed. We are enthusiasts! We are not rolling in money but we shall make everything until the final result which will be our first album. We begin to have a certain experience of all that and we know exactly what we want to make and where we want to go! We are determined, as never. Sales at the moment openly, we do not think of it! We know that the current context is very difficult on these subjects. What we aim is being on stage, playing loud in concert and having the answer of public because finally, this is why we begin all this. 
The energy of concerts, the meeting with public I wait for that as a lion in cage! I prefer to make a great concert where we play at a loss rather than a big fee for a bad concert.

Renaud: the recording of the album of the previous project was already self-financed. Everything was made in our Home Studios thus we know where we go. It is simpler to realize the album.

Marco: for the album, we shall be thought of in studio only as the drums. For the rest, we shall use my home studio and the material from Two-notes for the grips guitars (a French enterprise which makes digital solutions top of the range for guitar and bass). And that will allow us to take time that we shall need and to polish up it as a good wine while limiting our budgets. Then, I do not hide you that the second album could to be made in a big studio but already let us take care of that one!

8 – Which is your current events for months to come: the official publication of the album, the scenes, what else?

Marco: in the order it will be live / EP / album. I think that the band needs to express itself live above all. We are about to release an 5 tracks EP to wait …
Eric: the live naturally!!!! Thus we look for dates actively at the moment if you want to play with us, do not hesitate to contact us via our page Facebook!!! All the contacts are above!

9 – How do you broadcast « Ibernathus » ? Do you plan to call on to platforms of legal download (bandcamp, other) and if yes, what do you think of the format mp3?

Marco: you know, the main thing is that our music is listened to and shared. It is good the purpose of the culture to be shared, isn’t it? Of course, we think of the legal platforms because they are gone into the automatisms now. On the other hand – and there, it is really personal – I find that the compensation policy of some are on the verge of the swindle. That you are small or big in the business, it is just incredible to see percentages so low for the artists! But to catch up the financing of an album, it will especially be necessary to count on the merchandising and possibly concerts (even if it is not easier in this domain).

Sam: only for the funny aspect I imagine the album in vinyl format, because of the artwork, that’d kill ! How says Marco what imports me most is to be heard, no matter the format!

10 – Last question, of current events: the comeback albums, in particular side metal, from Iron Maiden to The Winery Dogs, via Children of Bodom and so many others: did you throw yourselves or do you go to rush at one or several of them and if yes, which ?

Eric: the last Winery Dogs and Iron Maiden albums and I wait for impatience that Alter Bridge return to studios!!!

Renaud: similar that Eric, Winery Dogs (a little because we are fans of the musicians!!) and the last Iron Maiden which sounds very good.

Sam: to throw me not, on the other hand I have got the last Maiden and the last Motörhead, that is a part of my principles of  » fundamental respect  » for the bands which I listen to since I am 12 years old.

Marco: Shame on me, I have none of these last albums! But I am going to try to remedy it! On the other hand I learnt recently that Zakk Wylde was going to bring out Book of Shadows 2 and there, I could stand about in front of Virgin (sorry, it is true that we decimated this chain of stores hem)! And if Dave takes out again an album or a compilation, I shall offer it to our rhythm section immediately that’s promised!!

Thank a lot to Marco, Eric, Sam and Renaud for their sense of humor.

Contacts : https://www.facebook.com/theblackstoneco

Publicités

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s