Lana del Rey : vous allez souffrir | you will suffer


Les lecteurs de [S]Mag ne sont pas sans savoir le peu d’amour que nous vouons, depuis ses débuts, à la musique de Lana del Rey, et ce n’est pas le nouveau single « High by the beach » aux relents sulfureux (« All I wanna do is get high by the beach » répète-t-elle inlassablement mais lascive dans le refrain, comprenez « La seule chose que je désire est de me faire prendre sur la plage ») qui nous amènera à changer d’avis, en prévision de son nouvel album Honeymoon, prévu pour le 18 septembre.

Ce titre, annoncé comme originel et proche des compositions rappées que la chanteuse créait avant d’avoir percé dans le milieu, n’a en réalité aucun relief (musical, cela s’entend, car le clip est parfaitement décousu mais cousu de fil blanc, suggestif) et son côté trop collant, qui aurait pu fonctionner commercialement au cœur de l’été auprès des midinettes au cœur allégé par les amourettes estivales, prend soudain un aspect plus poisseux, vulgaire et mièvre que mielleux (on est loin de la lune de miel romantique que le titre de l’album aurait pu dessiner à l’horizon du nouvel album). Faîtes-vous une idée par vous-mêmes :


The readers of [S]Mag are not without knowing little of love which we dedicate, since its beginnings, to the music of Lana del Rey, and it is not the new single High by the beach with the sulphurous stenches ( » All I wanna do is get high by the beach  » she repeats indefatigably but lassive in the tune) which will bring us to have a change of mind, in anticipation of her new album Honeymoon, out on September 18th.

This new track, announced as original and close to rap compositions that the singer created before having leaked out in music sphere, has in reality no relief (musical, surely, because the clip is perfectly unstitched but utterly predictable, suggestive) and its too sticky side, which would have been able to work commercially in the heart of summer with the shopgirls in the heart relieved by the summer affairs, takes suddenly an aspect more sticky, vulgar and precious than honeyed (we are far from the romantic honeymoon which the title of the album would have been able to draw in the horizon of the new album). Let’s get an idea by yourselves !

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s