IQ : Road of Bones


S’il est une valeur sûre de la scène progressive, c’est bien IQ, dont le nouveau « Road of bones » ne laissera personne insensible, tant la beauté des espaces, le caractère précis et ambitieux de ses compositions, n’ont d’égal que les univers qu’il convoque, de Pink Floyd à Genesis, avec cette modernité qu’on lui a toujours connu. Avec IQ, tout commence par un grondement, une fracture, quelque chose de la déstabilisation (« 1312 overture », « Until the end »), comme s’il était nécessaire de changer le regard sur le monde, de briser les attendus : ce qui pouvait paraître serein (« Ocean ») parvient à se hisser (« Fall and rise »), jusqu’à l’explosion (« Knuclehead », et son traitement très Dream Theater), sans jamais se complaire dans la démonstration ni dans la redite. IQ innove, moins sur le ton, qui ne diffère que peu des précédents opus, mais sur, justement, la longévité de son travail, l’énergie conservée (« Constellations »), la perfection de ses représentations auditives de ce road movie étrange : en ce sens, « road of bones », qui a donné son titre à l’album, est tout simplement captivant et « Without walls » porte, quant à lui, l’ensemble des compositions au zénith du talent de ce grand groupe de rock, ce qui invite à se remettre très vite l’intégralité de la carrière d’IQ dans les oreilles. L’édition limitée est une merveille. Que dire de plus : courrez vous procurer ce très bel album qui vous ouvrira les portes de « l’autre côté », au sens Carollien du terme, une traversée du miroir des émotions plus qu’une traversée de quelque désert osseux.


If there is a value sure of the progressive scene, it is indeed IQ, of whom new  » Road of bones  » will leave nobody insensible, so much the beauty of spaces, the precise and ambitious character of their compositions, have an equal that the universes that they summons, from Pink Floyd to Genesis, with this modernity that we always knew about them. With IQ, everything begins with a rumbling, a fracture, something of the destabilization ( » 1312 overture « ,  » Until the end « ), as if it was necessary to change the glance on the world, to break reasons adduced : what could seem serene (« Ocean ») succeeds in raising itself ( » Fall and rise « ), until the explosion (« Knuclehead », and its treatment closer in Dream Theater), without ever taking pleasure in the demonstration or in the repetition. IQ innovate, less on the tone, who postpones only few previous opuses, but on, exactly, the longevity of their work, the kept energy (« Constellations »), the perfection of their auditive representations of this strange road movie : this way,  » road of bones « , which gave the title to the album, is simply fascinating and  » Without walls  » carries, as for it, all the compositions in the top of the talent of this big group of rock, what invites to recover very fast the completeness of the career of IQ in ears. The limited edition is a miracle. That to say furthermore : run to get this very beautiful album which will open you the doors of  » the other side « , in the sense of Lewis Caroll’s universe, a crossing of the mirror of the feelings more than a crossing of some desert of bones.

Publicités

Répondez | Leave a Reply

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s